Afghanistan: trois pas en avant, deux pas en arrière vers la paix

Par

Les talibans et les représentants de Kaboul ont amorcé des pourparlers de paix au Qatar. Si, élection oblige, Donald Trump a exercé une pression énorme pour qu’ils se tiennent, ni les insurgés ni leurs adversaires n’y sont venus de leur plein gré.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Aux négociations de paix infra-afghane, qui ont commencé samedi à Doha (Qatar), la députée Faouzia Koofi va sans doute rencontrer ceux qui, à plusieurs reprises, ont décidé de son assassinat. La dernière fois, c’était le 14 août sur l’autoroute Parwan-Kaboul par des tueurs qui l’ont ratée de peu : elle a cependant été blessée au bras. Car pour les talibans, cette combattante féministe de la première heure devenue vice-présidente de l’Assemblée nationale afghane est depuis longtemps une cible.