A la frontière turco-arménienne, le soutien à l’Azerbaïdjan en guerre ne fait pas recette

Par

Malgré les discours officiels et les campagnes de presse vantant la solidarité totale au « peuple frère » dans le conflit du Haut-Karabagh, certaines voix brisent même l’unanimisme imposé pour dénoncer le bellicisme d’Ankara. Reportage le long de la frontière turco-arménienne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Kars (nord-est de la Turquie).– Sous un beau soleil d’automne, Burhan Kaya sirote un thé à la buvette de son copain Kurtulus, en attendant le retour de ses clients. Pour le chauffeur de taxi, les courses vers les vestiges de la cité arménienne médiévale d’Ani, à deux pas de la frontière avec l’Arménie mais à près de 50 km de la ville turque la plus proche, Kars, sont toujours une aubaine.