« Total doit cesser de donner le moindre dollar à la junte birmane »

Aung Myo Min, activiste de longue date en Birmanie, a été nommé ministre des droits humains au sein du gouvernement birman en exil. Mediapart l’a rencontré lors de son récent passage à Paris. L’occasion de faire le point sur la situation neuf mois après le coup d’État et d’évoquer la présence dans le pays de l’entreprise française Total.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Neuf mois ont passé depuis le coup d’État mené par l’armée en Birmanie. La répression a fait plus de 1 200 morts et 7 250 personnes ont été arrêtées, mises en examen ou condamnées, selon le bilan fourni par l’ONG Association d’assistance aux prisonniers politiques.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal