L’Iran en révolte contre le mensonge

Par

Le crash de l’avion ukrainien et le mensonge des autorités ont provoqué un électrochoc en Iran. Les présentatrices de télévision démissionnent, les artistes boycottent le grand festival Fajr et les étudiants, malgré la répression, déclarent la guerre aux « menteurs ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Zahra Khatami et Sara Rad sont des présentatrices vedettes de la télévision d’État. Elles ont l’une et l’autre démissionné après que les autorités iraniennes ont reconnu avoir abattu « par erreur » l’appareil d’Ukraine International Airlines, le 8 janvier, peu après son décollage de l’aéroport Imam Khomeini de Téhéran, causant la mort de 176 personnes. Auparavant, elles avaient relayé l’information officielle qui prétendait que l’avion avait été victime d’un problème technique. Le mensonge de trop. « Merci de m’avoir acceptée comme présentatrice jusqu’à aujourd’hui. Je ne reviendrai jamais plus à la télévision. Pardonnez-moi », a écrit la première sur les réseaux sociaux iraniens. « Je vous annonce qu’après 21 années à la radio et télévision, je ne peux plus continuer à travailler dans ces médias. Je ne peux plus », a renchéri sa consœur.