Pantouflage: le parlement européen durcit le ton

Par

Les eurodéputés ont adopté, jeudi 16 janvier, une résolution visant les « portes tournantes » entre public et privé. Ils s’engagent, pour deux ans, à ne pas rencontrer Adam Farkas, un ex-régulateur bancaire qui s’apprête à devenir le chef de l’un des plus puissants lobbies financiers de la place.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le texte n'est qu'une résolution politique, sans force juridique contraignante. Mais son adoption jeudi 16 janvier en séance plénière à Strasbourg, à une très large majorité – le vote s'est déroulé à mains levées – marque un durcissement de la position du parlement européen vis-à-vis de ces phénomènes de pantouflage entre public et privé, qui minent la crédibilité des institutions de l'UE.