Dans la lutte contre Boko Haram, le Tchad est jugé trop ambigu

Par

Le président tchadien Idriss Deby Itno est-il le sauveur de la région ? Rien n'est moins sûr pour les responsables des pays voisins, qui le suspectent d’être au contraire l'un des soutiens, au moins indirect, de Boko Haram. Enjeu: le contrôle de plusieurs régions et l'exploitation de nouveaux gisements pétroliers proches du lac Tchad.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis quelques semaines, le Tchad est en première ligne de la lutte contre Boko Haram. Le 3 février, une offensive terrestre a été lancée, avec la prise de Gamboru, une ville de l'État du Borno, à la frontière avec le Cameroun (une contre-attaque de Boko Haram a eu lieu par la suite). Le 17 janvier, déjà, l'armée tchadienne était entrée au Cameroun pour combattre le groupe islamiste nigérian. Quelques jours plus tard, il avait obtenu que l’état-major de la force régionale (la Multinational Joint Task Force, MNJTF) mise en place pour contrer Boko Haram, soit transféré du Nigeria à Ndjamena, sa capitale. Samedi dernier, le Tchad, le Niger, le Nigeria, le Cameroun et le Bénin se sont mis d'accord pour mobiliser 8 700 hommes – soit 1 200 de plus qu'initialement annoncé.