Etats-Unis: John McCain, chevalier pas si blanc

Par
Depuis des années, le candidat républicain à la Maison-Blanche s'est bâti une réputation d'incorruptible luttant contre l'influence de l'argent en politique. En fait, il est entouré de lobbyistes qui gèrent sa campagne et ses finances électorales.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les deux carburants des scandales politiques aux Etats-Unis sont le sexe et l'argent. Eliot Spitzer, gouverneur de l'État de New York et grand inquisiteur de Wall Street et du crime organisé, a chuté cette semaine pour s'être offert (très cher) les services d'un réseau de call-girls de luxe. John McCain, candidat républicain à la Maison-Blanche, semble avoir remisé certaines tendances volages derrière lui (il faut dire qu'il approche les 72 printemps), mais voilà qu'il est sous les feux de la rampe pour ses amours platoniques avec des lobbyistes parfumés aux billets verts.