Nucléaire: la France persiste, l'Allemagne tempère

Par

Le président de la République Nicolas Sarkozy a réaffirmé mercredi l'engagement de la France dans le nucléaire, provoquant la colère des écologistes. En Allemagne, en revanche, la chancelière Angela Merkel a décidé de fermer pour trois mois les sept centrales les plus anciennes. Explications sur la différence de conscience écologiste dans les deux pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le contraste est flagrant. D'un côté, l'Allemagne, par la voie de sa chancelière conservatrice Angela Merkel, décide d'un arrêt de trois mois des sept centrales les plus anciennes du pays, et d'un moratoire sur la loi de 2010 qui reportait la sortie progressive du nucléaire. De l'autre, le président de la République française Nicolas Sarkozy a réaffirmé mercredi le choix de l'énergie nucléaire à l'occasion d'un conseil des ministres.