A Kasserine, le pari de la résilience face au terrorisme

Par

Berceau de la révolution tunisienne, la région de Kasserine reste parmi les plus marginalisées du pays et cumule les difficultés, avec une menace terroriste devenue banale. Les habitants ont développé une forme de résilience, dans les cafés, par l’art, grâce aux associations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Kasserine (Tunisie), de notre envoyée spéciale.-  Quand éclate un grand bruit, le 29 novembre 2018, Ramzi Sayhi, 36 ans, croit d’abord à une explosion. Ce fonctionnaire de la Société tunisienne d’électricité et de gaz (STEG) ressent comme une grande bourrasque de vent dans la bouche, accompagnée d’une forte brûlure. « J’ai cru que mon visage se déchirait », raconte-t-il par message. Trois mois plus tard, il a encore du mal à parler et doit subir une opération chirurgicale.