Comment 750 millions de dollars se sont évaporés entre l'Angola et la Russie

Par

Un rapport publié mardi documente minutieusement comment une société créée par Arcadi Gaydamak et Pierre Falcone a servi à détourner la moitié des sommes versées par l'Angola pour régler sa dette russe. La banque UBS est impliquée, une plainte déposée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’avantage lorsqu’on cherche la trace des paradis fiscaux dans tous les recoins de l’économie mondialisée, c’est qu’on les trouve… partout. Dernière magistrale démonstration en date : le rapport que publient aujourd’hui deux ONG, la britannique Corruption Watch et l’angolaise Maos Livres, sur les mécanismes de détournement à l’œuvre dans le remboursement de la dette angolaise à la Russie, au milieu des années 1990. Mediapart y a eu accès en exclusivité pour la France. Au milieu de ce deal financier : l’île de Man, et Abalone Investments, la société intermédiaire créée par Arcadi Gaydamak et Pierre Falcone. Par un opaque tour de passe-passe, la société a réussi à détourner pas moins de 750 millions d’euros, en bénéficiant de la bienveillance de la Société de banque suisse (SBS), qui a fusionné en 1998 avec UBS.