En Allemagne, un procès révélateur d’une menace néonazie sous-estimée

Le meurtrier présumé de l’élu Walter Lübcke, assassiné car il soutenait la politique d’accueil des migrants, est jugé depuis mardi 16 juin à Francfort. Un tournant dans un pays qui a longtemps minimisé la violence d’extrême droite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le procès de Stephan Ernst, un sympathisant néonazi, meurtrier présumé de Walter Lübcke, un élu pro-migrants, s’est ouvert mardi à Francfort, sous haute sécurité et en présence de plus de 200 journalistes accrédités.