Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution

Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Un petit livre bleu circule depuis début juillet dans les foyers, sur les marchés et virtuellement sur les réseaux sociaux au Chili. On le lit publiquement, on en commente les articles, on en discute – parfois vivement – les formulations. Ce texte de 170 pages, rédigé par les 154 membres de la Convention constitutionnelle élus en mai 2021, est sobrement intitulé : « Constitution politique de la République du Chili ». Il a été remis au président Gabriel Boric le 4 juillet 2022, et doit maintenant être approuvé par référendum le 4 septembre. Sa validation marquerait l’entrée du pays andin, qui fut le berceau de l’ultralibéralisme sous la dictature de Pinochet, dans une nouvelle ère politique. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal