Italie : comprendre les mécanismes d’une élection à hauts risques

L’élection italienne du 25 septembre prochain, qui pourrait aboutir à l’avènement de la cheffe du parti post-fasciste, est en grande partie déterminée par son cadre institutionnel. Tour d’horizon de la loi électorale et des processus de nomination du président du Conseil transalpins.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le 25 septembre prochain, les électeurs italiens sont appelés à renouveler leur Parlement, constitué de la Chambre des députés et du Sénat. La coalition des trois partis de droite, appelée en Italie « centre-droit », est donnée gagnante d’un scrutin qui se fera à l’issue d’une campagne éclair et qui aura peu mobilisé les Italiens. Il est de plus en plus probable de voir Giorgia Meloni, cheffe du parti post-fasciste Fratelli d’Italia, à la tête du prochain gouvernement du pays. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal