Sabra et Chatila : histoire d’un massacre anticipé par Israël

Il y a quarante ans, le 16 septembre 1982,  commençait dans les camps de réfugiés palestiniens du Liban une orgie de viols et d’assassinats qui allait se poursuivre pendant trois jours. Cinq mois plus tard, une commission d’enquête gouvernementale concluait qu’aucun Israélien ne pouvait être tenu pour responsable des massacres. Un universitaire a découvert à Jérusalem, dans les archives officielles, une tout autre vérité…

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Quarante ans exactement après le massacre de Sabra et Chatila, à Beyrouth, où des milliers de civils palestiniens ont été assassinés entre le 16 et le 18 septembre 1982, des éléments inédits viennent éclairer d’une lumière nouvelle les circonstances de ce carnage. Ils sont accablants pour les dirigeants israéliens de l’époque.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal