A Gaziantep, dans l'antichambre de la guerre syrienne

Par

Gaziantep, grande ville du sud-est de la Turquie à trente minutes de la frontière syrienne, face à Alep, est désormais la capitale des ONG qui essayent de travailler en Syrie. Alors qu'un hôpital de MSF a été bombardé lundi, le travail de terrain des humanitaires souligne les immenses lacunes de la communauté internationale. Premier volet de notre reportage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Gazantiep, de notre envoyé spécial.-  Mohamed Killawi pousse la porte de l’Institut syrien pour la justice. Il lâche ses béquilles et s’installe avec difficulté en raison de sa jambe raide. « J’en suis à la cinquième opération, dit-il en s’excusant pour son retard. J’ai aussi perdu un œil. » Un bombardement ? « Non, un accident de voiture à Alep en 2013 », la grande ville du nord de la Syrie. Impossible d’être pris en charge sur place, c’est à Gaziantep, de l’autre côté de la frontière, en Turquie, qu’il se soigne. « Malgré mon état, j’ai tenu à vous voir. »