Le résultat des élections promet un Irak différent

Par

Le candidat préféré des Occidentaux et des Iraniens est arrivé en troisième position, derrière le clerc chiite Moqtada al-Sadr, qui promet de lutter contre la corruption et le sectarisme gangrénant le pays depuis 2005.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Irak de George W. Bush se transforme à grands coups d’urnes. Le résultat des élections législatives qui se sont tenues le 13 mai 2018 montre que les Irakiens désirent s’éloigner de l’architecture politique mise en place par l’administration américaine dans la foulée de l’invasion de 2003 : la coalition du premier ministre sortant Haider al-Abadi, soutenu et respecté par les Occidentaux, finit en troisième position, et celle de l’ancien chef de gouvernement Nouri al-Maliki, longtemps appuyé par les Américains, en cinquième position.