Le réquisitoire français contre les services secrets pakistanais

Par
«Sympathies» pour certains mouvements terroristes ; «attitude pour le moins contrastée» ; «manque de professionnalisme» ; «formation assez basique» ; «absence de résultats»... Des documents inédits des services français, déclassifiés en marge de l'affaire Karachi, brossent un portrait impitoyable des deux principales agences de renseignements pakistanaises.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Sympathies» pour certains mouvements terroristes ; «attitude pour le moins contrastée» ; «manque de professionnalisme» ; «formation assez basique» ; «absence de résultats»... Des documents inédits des services secrets français, récemment fournis à la justice par le gouvernement en marge de l'affaire Karachi, brossent un portrait impitoyable des deux principales agences de renseignements pakistanaises, l'ISI et l'IB, régulièrement mises en cause depuis des années pour leur attitude équivoque – si ce n'est plus – à l'égard du terrorisme.