En Inde, le silence éloquent des politiques après l’attaque contre Salman Rushdie

« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Bangalore (Inde).– Après la tentative d’assassinat de Salman Rushdie, né à Bombay en 1947, la classe politique indienne s’est murée dans le silence. Le BJP au pouvoir n’a pas publié de communiqué pour défendre l’auteur, dont les critiques de l’islam auraient pourtant de quoi séduire les nationalistes hindous. Il faut dire qu’il ne s’était pas privé de dénigrer la formation politique, la taxant de « cryptofascisme dénaturant l’hindouisme ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal