L’armée irakienne chasse les forces kurdes de Kirkouk

Par

Quasiment sans combats, le gouvernement irakien a repris le contrôle de la ville pétrolière de Kirkouk, aux mains des peshmergas kurdes depuis 2014. Il a bénéficié de divisions internes aux Kurdes et de l’absence d’implication des États-Unis.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il aura fallu à peine une quinzaine d’heures, lundi 16 octobre 2017, aux forces gouvernementales irakiennes pour reprendre le contrôle de la ville de Kirkouk, qui était entre les mains des Kurdes depuis 2014. Et d’enfoncer ainsi un clou supplémentaire dans le cercueil du référendum d’indépendance du Kurdistan irakien du 25 septembre dernier. Cette conséquence n’était pas inéluctable ; elle était néanmoins prévisible au regard de l’intransigeance des deux parties, de l’absence d’implication américaine et des propres divisions entre factions kurdes.