Au Maroc, Hajar Raissouni est libre mais coupable

Coup de théâtre au Maroc. Le roi Mohammed VI a gracié la journaliste Hajar Raissouni qui était partie pour croupir un an en prison seize jours après sa condamnation par la justice pour avortement et débauche. Mais la jeune femme reste coupable alors qu’elle crie son innocence.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Hajar Raissouni est libre. Et c’est une heureuse nouvelle car elle n’avait rien à faire en prison. La jeune journaliste marocaine, incarcérée fin août pour avortement illégal et relations sexuelles hors mariage, a été libérée mercredi 16 octobre à la faveur d’une grâce exceptionnelle du roi du Maroc Mohammed VI, moins de trois semaines après avoir écopé d’un an de prison ferme.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal