Il aura fallu huit mois. L’appareil judiciaire vient finalement de se mettre en marche dans l’affaire du financement de Nicolas Sarkozy par la Libye de Kadhafi, alors que l’un des principaux acteurs du rapprochement franco-libyen, l’intermédiaire Ziad Takieddine, assure avoir pris connaissance d’enregistrements sonores et vidéo prouvant la corruption.