Au Sénégal, «la gestion des ressources n’a jamais été aussi opaque»

Par

Le Sénégal, qui organise le 24 février une élection présidentielle, est un pays pétrolier en devenir, depuis que des gisements de pétrole et de gaz y ont été découverts. Mais les conditions d’attribution de certains permis d’exploration et d’exploitation sont problématiques, témoigne un ancien ministre de l’énergie, Thierno Alassane Sall, qui a contesté la signature d’un contrat avec Total.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une élection présidentielle se tiendra le 24 février au Sénégal. Le président sortant, Macky Sall, élu en 2012, se représente et sera opposé à quatre autres candidats. Son mandat a été marqué par la découverte d’importants gisements de pétrole et de gaz, qui permettront au pays de devenir un producteur d’hydrocarbures en 2021.