Obama: du cran ou de la souplesse?

Par
Le président des États-Unis doit décider s'il prolonge ou non les baisses d'impôts décidées par George W. Bush. Sa position indiquera s'il entend suivre le chemin de la confrontation ou du compromis avec les républicains pour la seconde partie de son mandat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'un des premiers gestes de George W. Bush, lorsqu'il est arrivé au pouvoir en 2001, fut de baisser les impôts, en particulier pour les contribuables les plus taxés. Une deuxième tournée de diminution eut lieu en 2003. Dans un contexte économique peu favorable (l'éclatement de la bulle technologique), ces baisses d'impôts ont eu comme conséquence prévisible d'aggraver le déficit budgétaire des Etats-Unis. Bush avait beau être un idéologue, il n'était pas un idéologue très courageux: il avait donc vendu ces mesures en expliquant qu'elles étaient «temporaires». La loi a prévu leur expiration fin 2010. Nous y voici.