A Téhéran, les ultraconservateurs s’emparent du dossier nucléaire

Par

La politique de la terre brûlée voulue par Donald Trump n’a pas fait tomber le régime iranien. Mais le dossier nucléaire échappe à présent au président Rohani, qui s’est montré impuissant à empêcher l’enrichissement de l’uranium à 20 %. Une façon de faire pression sur Joe Biden.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si l’on devait choisir une métaphore pour rendre compte de la politique de Donald Trump à l’égard de l’Iran, ce serait celle de la terre brûlée. Avec en plus, ici et là, des chausse-trapes et des bombes à retardement. Pas un secteur de l’économie iranienne n’a été épargné par les sanctions, dont la première vague remonte au 6 août 2018. Elles ont aussi isolé l’Iran du reste du monde en frappant son transport maritime tandis que depuis octobre 2020, 18 banques iraniennes ont été interdites d’opérer, ce qui a encore réduit la possibilité pour Téhéran d’acquérir des biens humanitaires.