En Espagne, Ciudadanos veut s'imposer à la manière d'un Podemos de droite

Par

En pleine ébullition, l'Espagne assiste à la percée d'un autre nouveau parti, après Podemos. Ciudadanos séduit en masse les déçus du Parti populaire, la vieille formation de droite au pouvoir, ravagée par les scandales de corruption. Ce « Podemos de droite » pourrait se trouver en position d'arbitre lors d'élections locales très ouvertes, le 24 mai. Mais certains n'y voient qu'une resucée du PP, sous d'autres habits.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Madrid.- La ligne de démarcation entre droite et gauche, en Espagne, n'est plus qu'un souvenir lointain. Lors des élections municipales et régionales du 24 mai, c'est entre le « neuf » et le « vieux » que les citoyens sont appelés à trancher. Du côté des « vieux » partis, ceux qui existaient avant la crise, et se démènent aujourd'hui pour limiter la saignée d'électeurs : le PP (droite au pouvoir) et les socialistes du PSOE. Et du côté de la nouveauté, Podemos, bien sûr, mais plus seulement.

Depuis décembre 2014, le mouvement anti-austérité de Pablo Iglesias est concurrencé sur sa droite. Il n'est plus le seul à incarner « le changement » et canaliser une partie du vote de contestation. Le parti centriste Ciudadanos (Citoyens), incarné par le Catalan Albert Rivera, 35 ans, connaît une « lune de miel », selon une expression qui tourne en boucle à Madrid. Ses deux piliers : une lutte musclée contre la corruption en politique, et des mesures économiques dites « pragmatiques » et « raisonnables » face à la crise, ancrées à droite.

« Nous partageons avec Podemos leur indignation sur certaines choses, mais eux prônent la rupture, veulent tout reconstruire de zéro », explique à Mediapart Ignacio Aguado, le candidat de Ciudadanos pour la communauté de Madrid (l'équivalent de la région Île-de-France). « Nous, nous pensons que la maison a été plutôt bien construite, mais qu'elle est en train de pencher dangereusement. Il faut corriger tout ce qui fonctionne mal », poursuit cet avocat de 31 ans, qui revendique « du pragmatisme, parce que la réalité est bien plus complexe que ce qu'en disent les idéologies des uns et des autres ».