En Espagne, Ciudadanos veut s'imposer à la manière d'un Podemos de droite

En pleine ébullition, l'Espagne assiste à la percée d'un autre nouveau parti, après Podemos. Ciudadanos séduit en masse les déçus du Parti populaire, la vieille formation de droite au pouvoir, ravagée par les scandales de corruption. Ce « Podemos de droite » pourrait se trouver en position d'arbitre lors d'élections locales très ouvertes, le 24 mai. Mais certains n'y voient qu'une resucée du PP, sous d'autres habits.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

De notre envoyé spécial à Madrid.- La ligne de démarcation entre droite et gauche, en Espagne, n'est plus qu'un souvenir lointain. Lors des élections municipales et régionales du 24 mai, c'est entre le « neuf » et le « vieux » que les citoyens sont appelés à trancher. Du côté des « vieux » partis, ceux qui existaient avant la crise, et se démènent aujourd'hui pour limiter la saignée d'électeurs : le PP (droite au pouvoir) et les socialistes du PSOE. Et du côté de la nouveauté, Podemos, bien sûr, mais plus seulement.
Depuis décembre 2014, le mouvement anti-austérité de Pablo Iglesias est concurrencé sur sa droite. Il n'est plus le seul à incarner « le changement » et canaliser une partie du vote de contestation. Le parti centriste Ciudadanos (Citoyens), incarné par le Catalan Albert Rivera, 35 ans, connaît une « lune de miel », selon une expression qui tourne en boucle à Madrid. Ses deux piliers : une lutte musclée contre la corruption en politique, et des mesures économiques dites « pragmatiques » et « raisonnables » face à la crise, ancrées à droite.
« Nous partageons avec Podemos leur indignation sur certaines choses, mais eux prônent la rupture, veulent tout reconstruire de zéro », explique à Mediapart Ignacio Aguado, le candidat de Ciudadanos pour la communauté de Madrid (l'équivalent de la région Île-de-France). « Nous, nous pensons que la maison a été plutôt bien construite, mais qu'elle est en train de pencher dangereusement. Il faut corriger tout ce qui fonctionne mal », poursuit cet avocat de 31 ans, qui revendique « du pragmatisme, parce que la réalité est bien plus complexe que ce qu'en disent les idéologies des uns et des autres ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Climat
par Mickaël Correia
Histoire — Enquête
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Discriminations
Des témoins confirment l’humiliation infligée à une lycéenne voilée avant le bac
Jeudi 16 juin, une élève venue passer une épreuve du bac français dans un lycée parisien dit avoir été « agressée » par une responsable éducative qui n’aurait pas apprécié qu’elle vienne voilée et lui a fait rater le début de l’épreuve. Des témoins confirment la violence de la scène.
par Nejma Brahim
Politique — Analyse
Le nouvel ordre électoral : trois pôles et des incertitudes
Le second tour des législatives a confirmé la radicale nouveauté du paysage politique français depuis 2017. La majorité relative dont Emmanuel Macron doit se contenter génère cependant une situation pleine d’inconnues.
par Fabien Escalona
Exécutif — Analyse
Sans solution, Emmanuel Macron met la pression sur les oppositions
Trois jours après avoir perdu sa majorité absolue à l’Assemblée nationale, le président de la République a tenté de minimiser son échec. Martelant que son programme devait être appliqué, il a enjoint à ses opposants de se prononcer sur leur volonté ou non de l’aider à le faire.
par Ilyes Ramdani
Police — Enquête
Affaire du Pont-Neuf : le policier a tué en tirant dans le dos
Fin avril, un policier a tiré à dix reprises au fusil d’assaut sur une voiture, faisant deux morts et un blessé grave sur le Pont-Neuf, à Paris. Les premiers éléments de l’enquête, auxquels Mediapart et Libération ont eu accès, mettent à mal la thèse de la légitime défense : les balles mortelles ont atteint les victimes par le côté et l’arrière.  
par Pascale Pascariello et Camille Polloni

Nos émissions