L’UE face à l’immigration: de l’échec à la renonciation

Par

Le sommet européen de Bratislava, vendredi 16 septembre, a réuni pour la première fois les vingt-sept États membres, sans le Royaume-Uni. Mais plus que de Brexit, il a surtout été question de défense et de sécurité. Et la politique d’accueil des réfugiés est passée à la trappe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pas une ligne sur le programme des quotas de réfugiés. Ce plan, décidé il y a un an à Bruxelles, avait pour but de désengorger la Grèce et l’Italie en répartissant les réfugiés arrivés en Europe au cours de l’année 2015 dans les différents États-membres. Au total, 160 000 hommes, femmes et enfants devaient ainsi trouver refuge quelque part dans l’Union, dans des conditions dignes et sûres.