Cent millions d’euros, le prix de la gabegie au Mali

Par

« La délinquance économique et financière est devenue préoccupante », écrit le Bureau du vérificateur général dans son rapport annuel sur la gestion des finances du pays. Elle touche notamment le commerce de l’or et du pétrole.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dakar (Sénégal), de notre correspondant.-  C’est une petite bombe lancée chaque année au Mali, dont l’explosion fait généralement peu de dégâts. Créé en 2003 à partir de l’institution canadienne du même nom, le Bureau du vérificateur général (BVG) tend à Bamako le miroir de la frange la plus corrompue de ses élites et de son administration, dans un rapport ciblant un certain nombre d’institutions, de services et d’opérations de l’État.