En Bolivie, Evo Morales en lice pour un quatrième mandat

Par Alice Campaignolle

Dimanche, les Boliviens vont désigner leurs députés et sénateurs, mais aussi et surtout leur prochain président. Evo Morales, qui gouverne le pays depuis 14 ans, se représente. Il sera jugé sur le bilan de ses trois précédents mandats : si l’économie se porte bien, les critiques relèvent l’absence de politique écologique et un « caudillisme » de plus en plus marqué.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Paz (Bolivie), de notre correspondante.– « Le camarade Evo nous a toujours soutenus. Avant, nous, les autochtones, nous n’avions pas le droit de nous réunir sur la place Murillo à La Paz. Maintenant on peut et on est même conviés à des réunions de travail au palais du gouvernement. Alors que les bourgeois, eux, ils nous discriminent. » Victoria Mamani Cruz est une femme autochtone. La quadragénaire porte l’habit traditionnel composé de multiples jupons. Ses longs cheveux sont coiffés en deux tresses. Elle milite pour le « Mouvement vers le socialisme, instrument politique pour la souveraineté des peuples » (MAS), le parti du président Evo Morales, au pouvoir depuis 2006, le premier chef d’État autochtone de l’histoire du pays.