Au Brésil, deux ans après les coulées de boues, les «atingindos» luttent contre l'oubli

Par

Il y a deux ans, les terres et les habitations de l'État du Minas Gerais étaient ravagées par la plus grande catastrophe environnementale du Brésil. Reportage avec les victimes « atteintes », qui se battent pour obtenir une indemnisation de la part des entreprises ayant construit les barrages défaillants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mariana, Minas Gerais (Brésil), envoyé spécial.-  « Petite, mon grand-père me racontait l’histoire d’un monstre dans un barrage. Un monstre endormi qui, un jour, se réveillera et déferlera sur la vallée pour tout détruire. Je n’aurais jamais imaginé que cette légende prenne vie. » Deux ans après la plus grande catastrophe environnementale du Brésil, Simone l’évoque comme si le 5 novembre 2015 s’était passé hier. Ce jour-là, le barrage du « fundão » craque et fait déborder un second barrage situé en aval, libérant 60 millions de mètres cubes de boues toxiques, composées de rejets de l'industrie minière.