Venezuela: Amnesty dénonce "l'impunité totale" des forces fidèles à Maduro

Par
Les services de sécurité vénézuéliens ont procédé à des exécutions sommaires et à plusieurs centaines d'arrestations arbitraires parmi les manifestants hostiles au président Nicolas Maduro, selon Amnesty International.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

CARACAS (Reuters) - Les services de sécurité vénézuéliens ont procédé à des exécutions sommaires et à plusieurs centaines d'arrestations arbitraires parmi les manifestants hostiles au président Nicolas Maduro, selon Amnesty International.

Dans un rapport intitulé "Impunité totale sous le régime de Maduro", le mouvement de défense des droits de l'homme fait état de 41 tués, presque tous par balles, et de 900 arrestations lors des manifestations qui ont eu lieu du 21 au 25 janvier.

Amnesty invite le Conseil des droits de l'homme des Nations unies à créer une commission d'enquête pour faire cesser cette impunité.

Les manifestants répondaient à l'appel de Juan Guaido, chef de file de l'opposition et président de l'Assemblée nationale, qui conteste la réélection de Nicolas Maduro en mai et s'est proclamé le 23 janvier président par intérim.

"Nous avons des informations sur six exécutions extrajudiciaires commises par les Forces d'action spéciale (FAES) dans plusieurs endroits du pays et toujours selon le même mode opératoire", écrivent les auteurs du rapport.

"Dans chacun de ces cas, les victimes étaient liées d'une manière ou d'une autre aux manifestations qui avaient eu lieu au cours des jours précédents, et les jugements critiques portés par plusieurs d'entre elles sur Nicolas Maduro avaient largement circulé sur les réseaux sociaux."

Selon Erika Guevara-Rosas, directrice d'Amnesty pour les Amériques, les autorités fidèles à Nicolas Maduro ont recours à "une stratégie répugnante" contre "ceux qui exigent le changement".

"Son administration s'en prend aux plus démunis qu'il prétend défendre, mais qu'il assassine, arrête et menace", a-t-elle ajouté.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale