Cochabamba: les «alters» veulent un contre-sommet climatique

Par
Un autre climat est-il possible? Le président bolivien Evo Morales convoque à Cochabamba une conférence mondiale sur les «droits de la Terre mère». Avec comme accusés les Etats-Unis et les grands pays développés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y aura beaucoup moins de chefs d'Etat et de journalistes mais, pour ses organisateurs, la conférence mondiale des peuples sur le changement climatique et les droits de la Terre mère, qui s'ouvre mardi 20 avril à Cochabamba, en Bolivie, est une alternative au sommet de Copenhague. Une sorte de contre-sommet, dans la tradition altermondialiste, qui veut ouvrir un cycle de mobilisation internationale contre le réchauffement planétaire.