L’Equateur en guerre contre WikiLeaks

Par

Les autorités accusent WikiLeaks d’un complot visant à « déstabiliser » le pays. Ola Bini, informaticien proche de Julian Assange, avait été interpellé le même jour que lui. La justice vient d’ordonner l’arrestation de l’ancien ministre des affaires étrangères, qui avait accordé l’asile au fondateur de WikiLeaks.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après avoir remis Julian Assange à la justice britannique jeudi 11 avril, les autorités équatoriennes se sont lancées dans une répression contre WikiLeaks, accusée de tenter de « déstabiliser » le pays.