En Ukraine, les législatives promettent un fort renouvellement

Par

Les législatives anticipées organisées en Ukraine, dimanche 21 juillet, par le nouveau président Volodymyr Zelenski pourraient conduire à changer plus des deux tiers du Parlement. Mais les pratiques anciennes de corruption et de clientélisme font de la résistance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Kiev (Ukraine), correspondance.– Le doyen part en retraite. À 86 ans, Ioukhym Zviahilsky est un homme du charbon de l’est de l’Ukraine, et un des parrains du « clan de Donetsk », un groupe d’influence mafieuse qui influe sur le développement du pays depuis son indépendance en 1991. Il a siégé dans chacune des huit « convocations », selon le terme consacré, de la Verkhovna Rada (Parlement). Il a cette fois décidé de ne pas se présenter aux élections anticipées du 21 juillet, décrétées par le nouveau président, Volodymyr Zelenski. Le départ de ce personnage historique est symbolique : plusieurs observateurs s’attendent à un renouvellement des députés à hauteur de 70 %.

« Il faut juste amener des nouveaux gars, des gens sérieux, honnêtes, qui font passer les bonnes réformes », martèle le chef de l’État à qui veut l’entendre. L’idée étant d’en finir avec la corruption endémique, les abus au sommet de l’État, et les combats au poing en plein hémicycle. Alors qu’il était encore comédien il y a quatre mois, son élection à 73 % contre le très conservateur Petro Porochenko irradie son parti « Le Serviteur du peuple », du nom de la série télévisée qui l’a rendu présidentiable.