A Bruxelles, les Européens ferment les yeux sur la Catalogne

Par

La crise catalane ne cesse d’enfler. Mais les dirigeants européens réunis à Bruxelles ont fermement soutenu leur collègue Mariano Rajoy, sans même avoir pris le temps d'en débattre. Ce choix pourrait s’avérer lourd de conséquences.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bruxelles (Belgique), envoyé spécial.-  Le Polonais Donald Tusk a bien résumé, jeudi en marge de la première journée du sommet bruxellois, l’étrange situation : « Je ne vais pas le cacher, la situation est inquiétante […] Chacun d’entre nous a ses idées, ses avis, ses émotions. Sauf que d’un point de vue formel, il n’y a pas de place pour une intervention de l’UE. » Le chef du conseil européen, de la même famille politique que l'Espagnol Mariano Rajoy, a insisté : « Je ne m’attends pas à des débats sur le sujet, […] la position des États membres est claire : pas de médiation. »