Molenbeek: la spirale de la misère et de l'islam radical

Par

« Molenbeekistan », « nid de djihadistes »… Depuis les attentats de Paris, Molenbeek, commune de Bruxelles, est sous les feux de l'actualité, considérée comme la plateforme du terrorisme européen. Plongée dans ce quartier qui a sombré et où l'Arabie saoudite a massivement financé l'émergence d'un islam wahhabite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyée spéciale à Molenbeek-Saint-Jean (Bruxelles, Belgique). Quand elle a appris que deux des fils Abdeslam étaient impliqués dans les tueries de Paris – l’un, Brahim, s’est fait sauter devant un bar du XIe arrondissement « comme s’il était à Kaboul » et l’autre, Salah, est en cavale –, Souad (*) s’est effondrée en larmes et en prières. Elle « sentait que le malheur se rapprochait encore une fois du quartier ». Déjà, l’été dernier, pendant les vacances dans le village natal, dans le nord du Maroc, elle avait demandé à son mari, un retraité de la Stib, la RATP bruxelloise, de convaincre les enfants de rester au pays. « Au Maroc, c’est une dictature mais je préfère la dictature à l’anarchie, là-bas les policiers font peur, nos petits-enfants seront biens tenus. Pas comme à Molenbeek où tout est permis et les gosses à la rue nuit et jour. »