«L’Amérique d’abord!» de Trump investie à la Maison Blanche

Par

Le discours inaugural du nouveau président était nationaliste, autoritaire et déconnecté de la réalité, s'inspirant du slogan isolationniste des années 1930 : « L'Amérique d'abord. » Trump entend s'appuyer sur sa base électorale blanche et populiste, mais sa première décision est en faveur des banques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Washington (États-Unis), envoyé spécial.– Un sentiment palpable de malaise s’est instillé dès que Donald Trump a pris la parole pour son discours inaugural de président, vendredi 20 janvier. Personne ne s’attendait à une belle oraison rhétorique à la mode Obama, ni même aux bons sentiments (rarement suivis d’effet) d’un George W. Bush ou d’un Bill Clinton. Mais ce qui est sorti de la bouche du milliardaire qui occupe désormais la Maison Blanche a laissé sans voix les commentateurs à la télévision, et a provoqué quelques regards embarrassés parmi les notabilités installées sur la tribune autour de lui.