Répression au Tibet: on n'a rien vu à Lhassa

Par

Comme lors de la révolte des bonzes en Birmanie, l'occident se passionne pour une insurrection sans images et où Internet n'offre qu'un piètre contournement de la censure.

Comment passer par dessus nos responsabilités morales,

une illustration de Damien Macdonald.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Internet censuré, journalistes expulsés, Tibet bouclé. Les indices de la répression au Tibet se multiplient jour après jour, depuis les émeutes du 14 mars et leur extension aux régions alentour. Les indices mais peu de preuves, tant les images manquent. Et les rares clichés qui filtrent, clichés d'amateurs et de touristes en transit, tournent en boucle et servent de support à une guerre de communication et de communiqués : bilans du gouvernement tibétain en exil et du pouvoir chinois, dépêches de l'agence Chine nouvelle et entretiens avec le dalaï-lama.