Les récits des rescapés confirment les craintes d’une tragédie en Méditerranée

Par et

Les rescapés du naufrage au cours duquel jusqu’à 500 migrants auraient perdu la vie ont commencé à témoigner, ce jeudi 21 avril, à Athènes. Ce drame, qui aurait eu lieu entre la Libye et l'Italie, rappelle à quel point cette route migratoire est meurtrière. Or, après avoir connu un répit, elle est de plus en plus empruntée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lors de sa visite sur l’île grecque de Lesbos, le 16 avril, le pape François, qui est revenu au Vatican accompagné de douze réfugiés syriens, avait évoqué un « voyage marqué par la tristesse, à la rencontre de la plus grande catastrophe humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale ». « Nous allons voir tant de gens qui souffrent, avait-il ajouté, qui fuient et qui ne savent pas où aller. Et nous allons aussi à un cimetière, la mer. Tant de gens ne sont jamais arrivés. »