En Grèce, Syriza vise la première place

Par

Depuis son score de juin 2012, où Syriza obtenait près de 27 % des voix, la gauche radicale s'est imposée comme le deuxième parti grec. Pour Syriza, ce dimanche 25 mai, la bataille n'est pas qu'européenne: il y a aussi en Grèce les régionales et les municipales.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Soit avec la gauche, soit avec l'austérité » : Alexis Tsipras a posé le dilemme à l'occasion du lancement officiel de la campagne européenne. Le président de Syriza, candidat du PGE à la succession de Manuel Barroso, défend l'idée d'un renversement du néolibéralisme et de « l'Europe allemande » « Faire de Mme Merkel une minorité politique en Europe (…). Mettre fin à l'austérité et reconquérir la démocratie. Reconquérir l'Europe. »