Moines de Tibéhirine: les services secrets algériens dans le viseur du juge

Par

L’implication des services secrets algériens dans l’enlèvement des moines de Tibéhirine fait désormais figure de piste privilégiée par le juge anti-terroriste Marc Trévidic, selon plusieurs témoignages concordants versés au dossier d’instruction.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le plan avait été préparé depuis plusieurs semaines. Ils étaient six responsables du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) autour de la table. La décision « finale » aurait été prise ce jour-là, le 24 mars 1996 : les moines français allaient être kidnappés. L’implication des services secrets algériens dans l’enlèvement des moines de Tibéhirine fait désormais figure de piste privilégiée par le juge anti-terroriste Marc Trévidic, selon plusieurs témoignages concordants versés au dossier d’instruction, dont Mediapart a pu prendre connaissance.