La BCE se heurte aux limites de sa politique monétaire

Par

Alors que les marchés financiers spéculent sur un prochain arrêt de la politique monétaire particulièrement accommodante de la BCE, Mario Draghi a décidé de ne pas bouger. « L’inflation n’est pas où elle devrait être », a-t-il justifié. Mais c’est surtout la situation de la zone euro qui l’inquiète.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pendant combien de temps encore Mario Draghi va-t-il pouvoir donner le change ? Une nouvelle fois, le président de la Banque centrale européenne (BCE) a joué de la magie du verbe, le 20 juillet 2017 lors de sa conférence mensuelle, pour tenter de temporiser, de laisser croire qu’il était le maître des horloges. Officiellement, il n’est pas question pour la BCE d’abandonner sa politique monétaire extrêmement accommodante d’ici à la fin de l’année 2017, ni même au-delà si nécessaire. Il n’est même pas question d’évoquer un calendrier de sortie. « Nous avons décidé à l’unanimité de ne pas fixer de date précise pour discuter des changements à l’avenir », a-t-il répété à plusieurs reprises. Avant de préciser : « En d’autres termes, nos discussions devraient avoir lieu à l’automne. »