L'Elysée, sous la plume de son secrétaire général, Claude Guéant, a beau affirmer que l'affaire de Karachi «ne concerne en rien» Nicolas Sarkozy, les éléments contenus dans le dossier judiciaire démontrent exactement le contraire. Mediapart publie plusieurs documents, aujourd'hui entre les mains des juges Marc Trévidic et Renaud Van Ruymbeke (respectivement en charge des volets terroristes et financiers de l'affaire), impliquant directement le chef de l'Etat français dans ce dossier de corruption et de vente d'armes qui ébranle en profondeur sa présidence.