La Belgique sur le banc des accusés, Bruxelles en état d’alerte

Par

Failles des services de renseignements, laxisme politique face à l’islamisme, État impuissant à cause d’une gouvernance trop complexe… La Belgique essuie depuis une semaine une volée de critiques à l’international. Certains prédisent déjà une « nouvelle affaire Dutroux ». En réaction, le gouvernement de Charles Michel a encore durci l’arsenal de mesures antiterroristes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Bruxelles.- C’est le site d’information américain Politico qui, le premier, a osé la référence traumatisante : les ratés des services de renseignement belges pourraient bien devenir une « nouvelle affaire Dutroux » dans l’Histoire de la Belgique. Le royaume de 11 millions d’habitants est confronté, depuis une semaine, à une déferlante de critiques et mises en cause, sur le travail de ses services de renseignement, mais aussi sur son supposé laxisme à l’égard de l’islamisme ces dernières années.