Amnesty International appelle Google et Facebook à changer de modèle économique

Par

La captation des informations personnelles et la publicité ciblée sont une menace pour les droits humains, et pas seulement pour le droit au respect de la vie privée, met en garde un rapport de l’ONG rendu public ce jeudi. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vivre sous surveillance, renoncer à son droit à une vie privée, constitue « une menace structurelle pour toute une série d’autres droits, notamment les droits à la liberté d’opinion, d’expression et de pensée, ainsi que les droits à l’égalité et à la non-discrimination ». Que cette surveillance soit effectuée par des sociétés privées ne la rend pas plus acceptable ni moins dangereuse que celle menée par des États, et c’est ce que s’emploie à démontrer un rapport d’Amnesty International rendu public ce jeudi (PDF en anglais), consacré spécifiquement à Google et Facebook. « La possibilité d’accéder à ces données » a d’ailleurs, selon l’organisation, « fortement dissuadé les gouvernements de réglementer la surveillance des entreprises »