La capitale belge, entre fatalisme et sidération

Par

Avec les attentats du 22 mars, Bruxelles a renoué avec un état de siège qui rappelait le lockdown de novembre 2015. Cible de l'une des attaques, le quartier européen est resté barricadé toute la journée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Bruxelles. D’ordinaire, on ne les voit jamais. Cela fait des mois qu’ils travaillent derrière les murs, à l'abri des regards, à la construction d’un nouveau siège pour le Conseil européen, censé être inauguré plus tard dans l’année. Ce 22 mars au matin, ces dizaines d’ouvriers du BTP, avec leur combinaison jaune ou orange fluo, sont tous massés aux fenêtres, aux différents étages du bâtiment encore en devenir. D’en bas, depuis la rue de la Loi, on devine leurs visages hébétés, comme tout le monde.