Yémen: un petit espoir de trêve

Par

Rebelles et forces pro-saoudiennes se sont engagés auprès de l’émissaire de l’ONU à se retirer du port stratégique d’al-Hodeïda sur la mer Rouge.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Les rebelles et la coalition pro-saoudienne ont annoncé avoir promis à Martin Griffiths, l’émissaire de l’ONU, de se retirer de la ville portuaire d’al-Hodeïda sur la mer Rouge. Ce geste, s’il est accompli, pourrait ouvrir la voie à de véritables négociations de paix.

Les rebelles houthistes soutenus par l’Iran, qui tiennent ce port stratégique par lequel est acheminée une bonne partie de l’aide humanitaire, et les troupes de la coalition pro-saoudienne appuyées par les Occidentaux, auraient accepté « un plan de redéploiement détaillé » d’al-Hodeïda.

Élément clé d'une trêve militaire, ce point précis avait été négocié en décembre 2018 par l'émissaire onusien, sans jamais être appliqué à ce jour. S’il est finalement mis en œuvre, ce « redéploiement » prendrait, quoi qu'il en soit, plusieurs semaines.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale