Aux Etats-Unis, le mouvement #CancelRent veut frapper fort le 1er mai

Par Alexis Buisson

Des centaines de milliers de locataires ne peuvent plus payer leur logement. En particulier à New York, où les prix sont exorbitants. Héritière des grèves de loyers du XXsiècle, la « rent strike » de 2020 se distingue par son ampleur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York, correspondance.–  Une révolte est en cours au 1234 Pacific Street. Dans ce bâtiment sans histoire de Crown Heights, quartier de l’est de Brooklyn (New York), la majorité des locataires occupant les 34 appartements de l’immeuble n’ont pas l’intention de payer leur loyer le 1er mai, date du prochain versement. Certains ont perdu leurs emplois, emportés par le Covid-19. D’autres le font par solidarité avec leurs voisins.