Autriche: dans l'est du pays, l'extrême droite est déjà au pouvoir

Par

300 000 réfugiés fuyant l'Irak et la Syrie sont passés à l'automne dernier dans le village autrichien de Nickelsdorf, à la frontière avec la Hongrie. Dans cette région du Burgenland, l'extrême droite est déjà aux manettes, allié aux sociaux-démocrates. Un scénario qui pourrait se reproduire au niveau fédéral, si le candidat Norbert Hofer remportait l'élection présidentielle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nickelsdorf (Autriche), de notre envoyée spéciale.- Sur le grand parking qui jouxte le poste-frontière campent deux gigantesques barnums. Les portes sont closes, mais l'on peut voir, à travers les vitres, des tas de couvertures et des lits de camps soigneusement empilés. « Quelque chose d’anormal se produit ici », écrivait, début septembre, notre collègue Christophe Gueugneau, lorsqu'il s'était rendu sur place pour observer les premiers passages organisés de migrants depuis la Hongrie voisine. En quelques heures, des milliers de personnes étaient arrivées dans le dénuement le plus total. Les villageois de Nickelsdorf, de nombreux bénévoles venus de Vienne ainsi que la Croix-Rouge s'étaient alors mobilisés en catastrophe. Distribution de nourriture, de vêtements, de duvets… Pour quelques heures, les exilés pouvaient se réchauffer, avaler un morceau, avant de poursuivre leur périple, en train, vers l'Allemagne.