Sur le campus de Cardiff, le «Remain» fait presque carton plein

Ils voteront sans passion, mais leur mobilisation pourrait s’avérer décisive, surtout en cas de scrutin serré. Les étudiants devraient massivement défendre, jeudi, le maintien du Royaume-Uni dans l’UE. Pour beaucoup, la sécurité de leur futur emploi est en jeu. Reportage sur le campus de l'université de Cardiff.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Cardiff (pays de Galles), de notre envoyé spécial. – Elle a hâte que tout cela se termine. « Je me sens triste en cette fin de campagne. Si le Remain (le maintien dans l’UE – ndlr) l’emporte, je serai soulagée. Mais il n’y aura rien à célébrer. Les colères qui se sont libérées ne vont pas retomber d’un coup », avance Beth Button. À 25 ans, cette diplômée en sociologie préside la branche galloise de l’unique fédération étudiante du Royaume-Uni, la National Union of Students (NUS). Elle n’avait pas prévu la tournure qu’allaient prendre les événements : « Je pensais que l’on parlerait du rôle du Royaume-Uni en Europe et dans le monde. Mais on a passé notre temps à essayer d’expliquer à des gens pourquoi il ne fallait pas fermer les portes du pays au reste du monde. C’est stupéfiant d’en être arrivé là. »
À deux jours du scrutin, l’activiste aux cheveux blond platine, la narine droite percée par un discret anneau, mesure l’ampleur de ce qu’elle considère, quoi qu’il arrive, comme une défaite. Elle est lasse d’essuyer les critiques de ceux qui l'identifient à l’« establishment », parce qu’elle fait campagne du même côté que David Cameron, le chef du gouvernement, et Jeremy Corbyn, le patron de l’opposition travailliste. Button, elle, votera pour rester dans l’Union, au nom de « valeurs et principes ». « Ce vote parle de la société dans laquelle on a envie de vivre. Je n’ai pas envie de me retirer sur mon île. Je crois aux valeurs du collectif. Je suis persuadée que le Royaume-Uni a de nombreuses batailles à mener au sein de l’Union. » Elle aurait aimé enclencher une dynamique positive autour du projet européen, mais le camp du Remain a surtout passé son temps à contrer les attaques antimigrants de ses adversaires.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Afrique — Reportage
par Gwenaelle Lenoir
Afrique — Reportage
par Gwenaelle Lenoir
Écologie — Reportage
par Mathieu Périsse (We Report)
Portfolio
par La rédaction de Mediapart
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Écologie — Enquête
Le lobby du bois exotique à l’assaut des JO de 2024
Après un intense lobbying, la Société de livraison des ouvrages olympiques a autorisé l’utilisation de bois tropical pour des aménagements du futur village des athlètes, en Seine-Saint-Denis. Des industriels s’en réjouissent alors que la protection des forêts tropicales est un enjeu majeur pour le climat.
par Jade Lindgaard
Afrique — Enquête
Bois contre mercenaires russes : comment la Centrafrique a bradé une forêt au groupe Wagner
Depuis 2021, Bois Rouge, une entreprise liée au groupe militaire privé Wagner, bras armé officieux du Kremlin, exploite une forêt à l’ouest de la Centrafrique. Elle bénéficie d’un étonnant traitement de faveur de la part des autorités, et œuvre parfois au mépris de la loi.
par Justine Brabant et European Investigative Collaborations (EIC)
Maghreb
En Tunisie, l’hyperprésident fait adopter sa Constitution, malgré une forte abstention
Le référendum constitutionnel de lundi a été approuvé par une écrasante majorité des électeurs tunisiens, avec un taux de participation de 30,5 %. Les opposants au président Kaïs Saïed dénoncent un processus illégitime. Mais son  premier défi sera économique en raison des conséquences de la guerre en Ukraine.
par Lilia Blaise
Europe — Reportage
Vienne, capitale de l’urbanisme « sensible au genre »
Depuis 30 ans, la capitale autrichienne cherche à assurer un partage équitable de l’espace public entre hommes et femmes. Aménagement des parcs, trottoirs, éclairage : pionnière de cet urbanisme « sensible au genre », la ville est mondialement reconnue pour sa qualité de vie.
par Vianey Lorin