Moyen-orient Lien

Egypte: Sissi suit son cours martial

L’envoyé spécial du journal Libération au Caire apporte de nouveaux témoignages sur le cours ultra répressif pris par le pouvoir égyptien.

La rédaction de Mediapart

22 juin 2018 à 12h19

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

« “Ils sont entrés dans l’appartement à 2 h 30 du matin. Des policiers en uniforme avec de lourds fusils et deux autres, ceux qui menaient la danse, en civil. Au début, j’ai pensé qu’ils venaient pour moi, mais ils ont dit à ma femme : Tu as dépassé les limites, on t’arrête.” Le visage de Mohamed Lotfy est livide, comme soudain affaissé. Il évoque cette nuit de douleur avec peine. En quelques jours, il a beaucoup maigri. “On a réveillé notre fils. On ne pouvait pas le laisser seul, il a 3 ans, explique-t-il. En sortant, on s’est rendu compte qu’ils avaient tabassé le gardien. On leur a demandé de s’arrêter quelques minutes dans l’appartement de ma belle-famille pour déposer notre fils. Ils nous ont dit oui, mais nous ont conduits directement au commissariat. Le petit a dû rester avec nous jusqu’au matin, jusqu’à ce que je puisse enfin l’emmener ailleurs. Ma femme l’a longuement serré dans ses bras et puis elle nous a regardés partir.” Amal Fathy, son épouse, écope d’abord de quinze jours d’enfermement pour une vidéo postée sur Facebook dans laquelle elle dénonçait, avec des mots crus, le harcèlement sexuel dont elle venait d’être l’objet. Puis, de quinze autres jours pour appartenance à une organisation terroriste, en l’occurrence, le Mouvement du 6 avril, à l’origine du printemps égyptien de 2011. Au commissariat, l’un des fonctionnaires s’est penché vers Mohamed et lui a glissé : “Tu es trop impliqué politiquement. Quand on touche une bouteille de gaz, on finit toujours par se brûler.” »

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

France — Reportage
par Ellen Salvi
France — Enquête
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias
Couvrir l’extrême droite, affronter la violence politique
Travailler et enquêter sur l’extrême droite en France, c’est s’exposer à des menaces, du cyberharcèlement, des insultes et du dénigrement. Et dans un milieu très masculiniste, être une journaliste femme est un facteur aggravant. Dénoncer ce déferlement de haine par la voie de l’interpellation ou le canal judiciaire n’a rien d’évident.
par Mathilde Goanec et David Perrotin
Gauche(s) — Analyse
Programme présidentiel de Mélenchon : ce qui change, ce qui demeure
Réactualisé à l’aune du quinquennat écoulé, « L’Avenir en commun » est débarrassé des points qui avaient le plus fait polémique en 2017, comme l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne. Pour le reste, la continuité domine : VIe République, planification écologique et partage des richesses.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle
Nucléaire — Enquête
Centrale nucléaire de Tricastin : des dissimulations en cascade
Dans l’affaire du lanceur d’alerte de la centrale du Tricastin qui porte plainte contre EDF, de nouveaux éléments consultés par Mediapart révèlent que l’Autorité de sûreté du nucléaire connaissait depuis longtemps le problème. Selon un document interne, EDF a menti et l’autorité de sûreté également dans sa communication publique.
par Jade Lindgaard
Dossier. L’affaire Kohler — Enquête
La note qui relance l’affaire Kohler
La Sfil, une discrète banque publique qui assure les financements des bateaux achetés en France par le groupe MSC, s’est réjouie en 2020 de bénéficier du « soutien » du secrétaire général de l’Élysée. Ce dernier a des liens familiaux avec les Aponte, les principaux actionnaires de MSC.
par Martine Orange

Nos émissions